Foto gratis: Rebaño De Las Aves - Imagen gratis en Pixabay - 350290 gráfico de tamanho de ganso de Canadá

rebaño de las aves gansos de canadá gansos ala

Public Domain

Imágenes relacionadas

258817 258817 / 38 imágenes
Seguir
CC0 Creative Commons
Gratis para usos comerciales
No es necesario reconocimiento
Descarga gratuita
640×521JPG65 kB
1280×1043JPG214 kB
1920×1565JPG455 kB
2829×2307JPG1.0 MB
Abrir Descargar

Me gusta Pixabay en Facebook

Imágenes auspiciadas

Similar Images
Cámara Nikon D700
500.0mm · ƒ/4.8 · 1/1000s · ISO 250 ↯
Tipo de imagenJPG
Resolución2829×2307
Creado2 de Octubre de 2012
Cargado22 de Mayo de 2014
CategoríaAnimales
Vistas19666
Descargas8021
42 comentarios Inicie sesión para dejar un comentario.

rebaño de las aves, gansos de canadá, gansos, ala, ganso, animales, el agua, nadar, aves, bill, las aves de corral, agua de aves, la naturaleza, las aves migratorias, enjambre, cielo, aves migratorias, gansos salvajes , Fotos gratis, Imágenes gratis


gráfico de tamanho de ganso de Canadá

canada gé vancouver
canada goose donne
canadá ganso usa
カナダのガチョウジャケット
canada goose hinta

Costumbres y tradiciones típicas de los irlandeses

Publicado por Ana L. el .

5 Comentarios

Comparte
Twitea
Envía
Share on Google+
Pinea
Email
Print

Irlanda

Irlanda es un país maravilloso, con una gente alegre, o al menos más que los británicos, charlatana y ruidosa a las que les gusta contar sus tradiciones y mostrarse diferente de los ingleses, de hecho es un error bastante común para muchos estudiantes que se acercan a perfeccionar el idioma asumir que Irlanda es parte del Reino Unido, esto suele ser tomado como ofensa.. Sin duda esa fama de cabezotas, o mejor dicho, de permanecer fiel a sus principios se la tienen bien ganada.

Descendientes del pueblo celta, entre los hombres y mujeres irlandeses predominan los pelirrojos de aspecto robusto. Todos hablan inglés, es la lengua oficial, pero además desde 1922 lo es el gaélico, y se estima que casi la mitad de la población es capaz de hablarlo, ya que es de enseñanza obligatoria en las escuelas. Los tres dialectos irlandeses principales son Ulster en el norte, Munster en el sur y Connacht en la región central y occidental de la isla.  

Pero más allá de esta característica propia de la lengua, este país tiene otras muchas características y costumbres propias que les hacen ser reconocidos en cualquier parte del mundo y es que ¿quién no ha celebrado un día de San Patricio?

Índice

San Patricio, la fiesta verde de Irlanda

San Patricio

La fiesta por excelencia de Irlanda es la fiesta de San Patricio, que se celebra el 17 de marzo de cada año. En este día todo el mundo lleva algo verde, que por otro lado es el color que simboliza el país, y un trébol. El trébol simboliza las enseñanzas de la Santísima Trinidad que llevó San Patricio hasta estas tierras. Durante todo el día se celebran innumerables desfiles y por las noches habrá fiestas, conciertos, cervezas y festejos en los pubs.  El desfile de Dublín, de la capital forma parte de un festival que dura cinco días.

Bloomsday, siguiendo los pasos del Ulises

Blomsday en Irlanda

El Bloomsday es un evento anual que se celebra en honor de Leopold Bloom, personaje principal de la novela Ulises de James Joyce. Se celebra todos 16 de junio desde 1954 y quienes lo celebran procuran comer y cenar lo mismo que los protagonistas de la obra, y realizan encuentros en Dublín para seguir el itinerario exacto de la acción. No es que sea una tradición muy antigua, pero ya se encuentra totalmente asimilada en la vida de los irlandeses.

Las bodas, una tradición muy hermosa

anillo para boda en Irlanda

Una tradición muy hermosa son las ceremonias de boda, en la que las parejas eligen honrar el antiguo rito celta de la unión de manos en sus casamientos. Los novios unen sus manos a través de un lazo blanco atado. Y una curiosidad eso que decimos de que la novia lleve algo azul, algo nuevo, algo usado y algo prestado es de origen irlandés.

Otra curiosidad sobre las bodas irlandesas es que días antes, en casa de la novia se cocinará ganso, y en el banquete los novios comenzarán comiendo sal y harina de avena, como protección contra el mal ojo.

Duendes y hadas, los leprechauns

Leprechaun irlandés

Como buenos celtas los irlandeses creen en todas la fuerzas de la naturaleza, y además en los leprechauns, unos simpáticos hombrecitos-duende protagonistas del folklore popular irlandés. Dice la leyenda que los leprechauns están en Irlanda desde antes que los propios celtas, suelen adoptar la forma de hombres viejos que disfrutan realizando travesuras y se dedican a fabricar o arreglar zapatos. Lo mejor, es que si atrapar a uno te llevará hasta su olla de monedas de oro, ya sabes, la que está al final del arco iris.

El hurling, un deporte para hombres rudos

Partido de Hurling

Otra de las tradiciones y costumbre de la que los irlandeses están muy orgullosos es el hurling, un deporte de equipo de 15 integrantes de origen celta. Se juega con palos, que se llama hurley o camáin, con los que se golpea una pelota, sliotar. El origen del juego es tan antiguo que hay leyendas de tradición celta que contienen historias sobre este deporte, como la del héroe mitológico Cúchulainn. En el siglo XIII se tuvo que prohibir por la excesiva violencia entre los jugadores. Quizás una de las reglas que más me llama la atención de este deporte es que en caso de empate, se tiene que volver a repetir todo el partido.

La música y los bailes tradicionales

músico irlandés

No se puede entender la vida de los irlandeses sin la música, y es que la música folclórica ha permanecido viva y cada vez con más fuerza, a la vez que se acompaña y alimenta de otros movimientos musicales.

Se cree que las canciones y melodías son ancestrales y se respetan, aunque en realidad, muchas tienen menos de 200 años, pero sí hay una convicción de que se han pasado por tradición oral.

Aunque en la tradición de la música folclórica se prefiere la actuación solo, las bandas o al menos los pequeños conjuntos han sido probablemente parte de la música irlandesa desde la mitad del siglo XIX, pero este es un punto en el que los expertos no se ponen de acuerdo.

Espero que estas costumbres y tradiciones te hayan ayudado a conocer un poco más el “país donde siempre llueve”, y siguiendo la lógica irlandesa, si llueve solo puedes hacer dos cosas: o ir al pub, o salir de compras. Si te decides por esto último, merece especial atención el jersey de Aran y los originales colgantes fabricados a base de turba.

¿Quieres reservar una guía?

5 comentarios

  1.   anononimo dijo

    o q tiro llave eso no esta propio lo mio si es tuco lo vuestro es parcero

    Responder a anononimo
  2.   anononimo dijo

    iros a la verga mamayiyos

    Responder a anononimo
  3.   anononimo dijo

    conche vuestra madre

    Responder a anononimo
  4.   Laura dijo

    si no pone nada de lo que me quiero enterar

    Responder a Laura
  5.   anonimo dijo

    no viene nada de costumbres y tradiciones

    Responder a anonimo

Deja un comentario Cancelar respuesta



Atelier espagnol // français

Calendrier

Du 4 avril au 8 juin 2017 : Formation au Collège international des traducteurs littéraire à Arles

Mardi 4 avril – Vendredi 21 avril : 1er tutorat Ariel Dilon / Margot Nguyen Béraud
Mardi 2 mai – Vendredi 12 mai : 2e tutorat Alicia Martorell / Denise Laroutis
Mercredi 17 mai – Mardi 30 mai : 3e tutorat Gabriel Hormaechea / Nelly Lhermillier
Mercredi 31 mai au lundi 5 juin : Préparation à la lecture publique avec Dominique Léandri

Lundi 5 juin à 18h30 : Lecture publique à Arles.
Mercredi 7 juin à 20h30 : Lecture publique à la Maison de la poésie de Paris dans le cadre de la 3e édition du Printemps de la traduction.

// Les traducteurs et leurs textes //

Vers l’espagnol

Melina Blostein (Argentine) • Un jardin au bout du monde, de Gabrielle Roy (Editions du Boréal, 1994)

Gabrielle Roy, écrivaine canadienne d’expression française, est née en 1909 à Saint-Boniface, au Manitoba, d’un père fonctionnaire chargé de l’accueil et de l’installation des immigrants dans les terres de l’ouest canadien. L’immigration et la vie dans ces terres demeureront des sujets toujours présents dans son œuvre. Son premier roman, Bonheur d’occasion (1945) a connu un grand succès : on lui a accordé le Prix du Gouverneur Général du Canada, le Prix Femina en France (1947) et une médaille de l’Académie canadienne-française. Tout au long de sa vie, Roy a reçu de nombreux prix et des distinctions ; la plupart de son œuvre a été traduite en anglais. Décédée à Québec en 1983, Gabrielle Roy est actuellement reconnue comme l’une des figures les plus importantes des lettres canadiennes d’expression française.

Le recueil Un jardin au bout du monde, paru en 1975, est intégré de quatre nouvelles dont l’action se déroule dans l’Ouest canadien. La géographie, l’atmosphère et le peuplement de ces territoires y sont largement évoqués. Les personnages, venus de loin, s’intègrent à la communauté qui les accueille tout en conservant des traces de leurs origines, voire une certaine nostalgie du passé.

Melina Blostein (Buenos Aires, 1990) a fait ses études de traduction littéraire français-espagnol en Argentine. Elle travaille comme traductrice indépendante depuis 2013. En 2014 elle a participé au 4eme Forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques à Winnipeg, où elle a fait la découverte de l’œuvre de Gabrielle Roy. Outre son activité de traduction, elle a enseigné l’espagnol comme langue étrangère à Paris et à Buenos Aires et elle a joué de la flûte traversière dans plusieurs orchestres en tant qu’amateur.

Hugo López Araiza Bravo (Mexique) • Le Prix, d'Antoinette Rychner (Buchet-Chastel, coll. Qui vive, 2015)

Le Prix est le premier roman de l’écrivaine suisse romande Antoinette Rychner, et pour lequel elle a reçu le Prix Michel Dentan 2015 et le Prix suisse de littérature 2016. L’auteure y raconte les affres d’un sculpteur, appelé tout simplement « Moi », obsédé par l’obtention du Prix. La tâche n’est pas un mince affaire : pour y parvenir, il doit créer un Ropf en le tirant de son nombril — il accouche donc, littéralement, de son Œuvre. Sans compter qu’il a une femme, un Mouflet et bientôt un Remouflet qui se disputent son attention. Cette lutte entre ses devoirs familiaux et sa gestation artistique menace de le déchirer.

Bien que traitant d’un sujet grave et mettant en scène une intrigue parfois dramatique, voire tragique, Le Prix est un roman plein d’humour. Pourtant, Rychner parvient à l’introduire en dépit du narrateur. Il s’agit là d’un roman ironique, écrit dans un style très particulier, qui n’hésite pas à forcer la langue selon ses besoins.

Hugo López Araiza Bravo vit à Mexico, sa ville natale. En 2005, il publie sa première nouvelle dans la revue-club La Pluma del Ganso et collabore depuis avec plusieurs revues. Il a étudié la philosophie à l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM). Au même moment, il remportait le prix du « 4º Virtuality Literario Caza de Letras 2010 », dont il a tiré un premier recueil de nouvelles, Infinitas cosas, publié chez Alfaguara en 2011. Il s’est tourné vers la traduction grâce au « Concurso 43 Punto de Partida », qu’il a remporté avec un extrait d’Amélie Nothomb. Il prépare en ce moment un Master de traduction au Colegio de México (COLMEX).

Núria Molines Galarza (Espagne) • Clérambault, de Romain Rolland (éd. Albin Michel, 1924)

Núria Molines Galarza est traductrice littéraire et interprète (français, anglais, allemand, catalan et espagnol). Formée à la traduction et à la philosophie, et très intéressée par les liens entre la déconstruction de Jacques Derrida et la traduction, elle travaille avec différentes maisons d’édition (Alpha Decay, ContraEscritura, Pre-Textos…), surtout dans le domaine de l’essai et la littérature de la première moitié du XXe siècle. Elle a aussi obtenu un Master d’interprétation et continue à se former en traduction audiovisuelle. Elle a traduit des écrivains comme Wade Davis, Ernst Toller, Nico Rost ou Romain Rolland. Ici, pour la Fabrique des Traducteurs, elle va traduire le roman Clérambault du Prix Nobel Romain Rolland, un récit passionnant sur l’engloutissement de l’âme individuelle dans l’âme collective, la perte des valeurs et de l’individualité, sur fond de Première Guerre Mondiale ; il décrit aussi la lutte de l’individu pour sortir de la foule et promouvoir des valeurs pacifistes.

Romain Rolland est un auteur oublié en France (et aussi en Espagne) et en traduisant ses œuvres, il s’agit aussi de ressusciter une figure militante et engagée, dont les préoccupations restent encore très actuelles aujourd’hui et dont les écrits nous font réfléchir.

Vers le français

Métissa André (France) • El hombre que hablaba del cielo, d'Irma del Aguila – Pérou (éd. Planeta, 2011)

Sociologue et romancière péruvienne, Irma del Águila vit et enseigne à Lima. Auteure de plusieurs romans, dont Moby Dick en Cabo Blanco (Estruendomudo, 2009) et La isla de Fushía (Alfaguara, 2016), elle insuffle à ses œuvres de fiction la richesse documentaire propre à une démarche de chercheur tout en faisant preuve d’un sens de l’intrigue et d’une imagination proprement romanesques.

El hombre que hablaba del cielo, qui a reçu le prix du roman court, décerné par la chambre péruvienne du livre, se passe au XVIIe siècle entre le Nouveau Monde et l’Europe. Il décrit la rencontre entre ces deux cultures à travers le rapprochement qui s’opère non sans heurts entre Esteban Quintero y Sardarriaga, marin péruvien fait prisonnier par des corsaires hollandais, et Jan van Hück, membre de l’équipage qui l’initie à l’usage du télescope. Cet objet encore inconnu au Pérou de l’époque cristallise les différences entre les deux hommes et devient source de doutes scientifiques et métaphysiques, tout en favorisant la naissance d’une amitié paradoxale entre les deux hommes.

Originaire de l’Île de la Réunion, Métissa André a suivi des études de lettres en classe préparatoire à Paris. Puis, en quête d’un métier qui lui permette de lire, apprendre et jouer avec les mots, elle s’est tournée vers la traduction. Après un passage par l’ESIT et par le monde de la librairie, elle travaille actuellement en tant que traductrice indépendante spécialisée dans les textes journalistiques, universitaires et littéraires.

Lucile Leclair (France) • El Lenguaje de las cosas, de Maria José Ferrada – Chili (Ediciones El Jinete azul, 2011)

Ce n’est pas parce que les enfants sont des enfants que l’écriture doit être affadie ou rendue mièvre. María José Ferrada, avec son recueil de poèmes El lenguaje de las cosas / Le langage des choses (paru en 2011), dégage une fraîcheur qui n’est pas candeur pour autant. Aux enfants l’auteure chilienne s’adresse sans fard ni caricature. Apprendre à ne pas tout comprendre tout de suite, à ne pas obtenir de réponse unique, apprendre à laisser son esprit vagabonder : c’est le propre de sa poésie qui n’offre pas une lisibilité immédiate. Ses vers, empreints du regard malicieux qu’elle pose  sur ce qui l’entoure, font émerger une réalité qui échappait jusqu’alors :  tasse, parapluie, lampes, vase, rideaux, écharpe, bottes… ont leur existence propre. Avec humour, l’écrivaine met en scène la vie de l’horloge, nous parle de l’origine des allumettes, des différentes familles auxquelles appartiennent les crayons… L’imaginaire débordant contraste avec un ton d’une grande simplicité.
Aujourd’hui âgée de 40 ans, María José Ferrada est une auteure jeunesse reconnue (plusieurs prix lui ont été décernés, Premio Poesía para Niños Ciudad de Orihuela, Premio Banco del Libro de Venezuela, Premio Fundación Cuatrogatos, Premio Marta Brunet del Consejo del Libro del Gobierno de Chile y Premio de Literatura Municipalidad de Santiago de Chile). Elle continue à publier régulièrement des ouvrages tout en exerçant le métier de professeur de littérature à l’université à Santiago.

Lucile Leclair a voyagé en Amérique latine avant d’achever un master Politiques de l’environnement à Sciences Po. Elle a travaillé dans un syndicat agricole et à la Fédération nationale d’agriculture biologique, puis comme journaliste à la Revue Projet.

Éric Reyes (Franco-Mexicain) • La Noche del 25, de Daniel A. Martínez Cunill (Ediciones Era, Mexico, 1992)

Que s’est-il passé au Nicaragua dans les années 1980 ? Quel monde s’est effondré la nuit du 25 février 1990, au point de hanter encore aujourd’hui les rêves de la gauche latino-américaine ?

Entre la prise de Managua par les Sandinistes et leur défaite cuisante aux élections, dix ans de révolution socialiste transforment le pays en profondeur. C’est là une époque lumineuse de fraternité entre les peuples, d’exercice du pouvoir par les travailleurs, de redistribution des terres, d’alphabétisation des campagnes, d’évolution des mœurs.

La noche del 25 raconte l’ascension fulgurante d’une société nouvelle ainsi que la lente agonie d’une utopie tropicale, phagocytée tant par les assauts de la Contra, déployée à partir du Honduras voisin et financée par le gouvernement de Ronald Reagan, que par la corruption morale de ses dirigeants.
C’est à travers le regard d’un groupe de jeunes combattants, membres des Brigades Internationales dont il a fait partie, que Daniel Martínez nous raconte l’échec de la révolution à l’épreuve de la démocratie, mais également l’itinéraire fabuleux d’une épopée militaire, politique, sociale et sexuelle dans un petit coin de «paradis socialiste au goût de goyave».

Après l’échec des printemps arabes et des révoltes grecque et ukrainienne, la lecture de La noche del 25 s’avère primordiale pour relancer la réflexion sur notre pratique quotidienne du politique. Les vingt-trois chapitres qui constituent cette œuvre, à la fois roman policier et roman de mœurs, chronique, nonfiction novel, sont autant de vignettes envoûtantes dont la puissance d’évocation nous plonge dans une époque où tout paraissait encore possible.

L’auteur, Daniel A. Martínez Cunill (né en 1949 à San Felipe, Chili), sociologue, a vécu au Nicaragua où il a exercé la fonction de conseiller auprès du ministère de l’intérieur sandiniste entre 1979 et 1990, prenant part notamment aux négociations de paix avec les forces contrerévolutionnaires. Après son départ il rejoint Brazzaville où il participe au programme FOCIL auprès de l’ambassade du Canada. Il gagne le Mexique en 1992 et publie La noche del 25. Il y travaille comme assistant technique auprès du parlement, ce qui l’a conduit, entre autres, à participer au dialogue pour la paix en Colombie entre 1999 et 2002. Aujourd’hui, Daniel Martínez est conseiller parlementaire indépendant et analyste politique.

Éric Reyes, franco-mexicain, est tombé dans la traduction quand il était petit. Il a ensuite suivi des études de lettres françaises et hispaniques à Paris, où il s’est également passionné pour l’anglais, le portugais, le maya et l’arabe. Après avoir vécu au Caire, avant et après la révolution de 2011, il est retourné à Mexico où il est devenu menuisier. Il a traduit plusieurs romans vers l’espagnol et fabriqué quelques meubles. Il vit aujourd’hui dans le sud de la France. Quand il ne traduit pas il rêve de voguer en Méditerranée.

// Les tuteurs //

Ariel Dilon

Écrivain, journaliste et traducteur littéraire né en Argentine en 1964, Ariel Dilon a traduit en espagnol plus de 70 titres d’auteurs francophones et anglophones, dans les domaines de la fiction, le théâtre ou la pensée, dont Raymond Radiguet (Le diable au corps), Alfred Jarry (Les jours et les nuits, Tout Ubu), Marcel Schwob (Le livre de Monelle), Pierre Bourdieu (Algérie 60 ; Homo Academicus ; etc.), J.M.G. Le Clézio (Ourania), Philippe Sollers (Une vie divine) , Jacques Lacan (L’insu que sait de l’une-bévue s’aille à mourre), Alexandre Dumas (Les trois mousquetaires ; De Paris à Cadix , Michel Foucault (Introduction à l’Anthropologie de Kant), Jacques Rancière (Le spectateur émancipé), Clément Rosset (Propos sur le cinéma ; La philosophie tragique), Jacques Derrida et AA. VV. (Derrida pour les temps à venir), Victor Segalen (Le fils du ciel), François Bon (Mécanique), Antonin Artaud (Tarahumara), Dominique Ané (Regarder l’océan), Bruno Latour (Face à Gaïa), etc.

Gabriel Hormaechea
Professeur de traduction littéraire al IDEC de l’Université Pompeu Fabra (Barcelone). Traducteur. A traduit, entre autres : Vincent Van Gogh, Cyril Collard, Paul Gauguin, François Olivier Rousseau, Mireille Calmel, Jean Paul Sartre, Anatole France, Colette, Flora Tristán, Anne Gédeon Lafitte, Marquis de Pelleport, François Rabelais, Patrick Modiano. Lauréat de plusieurs prix de traduction : Ve prix Esther Benitez, et XVe prix Angel Crespo pour Gargantúa y Pantagruel de François Rabelais en 2012 ; Prix Mots Passants. Finaliste du Prix national de traduction pour François Rabelais en 2016. En 2016, finaliste du grand prix national de traduction pour sa traduction de l’œuvre de François Rabelais.
Denise Laroutis

Après avoir enseigné l’espagnol, s’est tournée vers l’édition et la traduction. Du castillan, elle a traduit des œuvres de Javier Tomeo, Manuel Vázquez Montalbán, María Luisa Bombal, Juan Carlos Onetti, Rosa Chacel, Álvaro Pombo, Enrique Vila-Matas, Rafael Chirbes, Alejandro Zambra, entre autres auteurs. Elle est conseillère littéraire de l’éditeur Christian Bourgois pour l’espagnol entre 1982 et 2007. Au théâtre, elle a traduit des pièces de Marco Antonio de la Parra, Andrés Caicedo, Víctor Viviescas, Rodrigo García, Jaime Chabaud, Pilar Campos Gallego, Federico García Lorca, Lola Arias, Alejandro Moreno Jashés, Roberto Arlt ; du catalan : Pau Mirò, entre autres auteurs.

Membre du comité littéraire espagnol, elle fait partie depuis 1992 de la Maison Antoine-Vitez (vice-présidente).
Prix consécration de la Société des gens de lettres, 2007.
Avec Christilla Vasserot, direction du Cahier n° 9 de la Maison Antoine-Vitez sur les Nouvelles écritures théâtrales d’Amérique latine – 30 auteurs sur un plateau, Paris, Éditions Théâtrales, 2012.

Nelly Lhermillier

Née dans le Vaucluse, ethnologue dans une première vie, a vécu plusieurs années au Venezuela, auprès de groupes amérindiens. Est convertie à la traduction littéraire depuis son retour en France en 1985 : Miles Franklin (Ma brillante carrière, Le Pays d’en haut, Australie, L’Aube) ; Thomas Keneally (Femme en mer intérieure, Australie, L’Aube) ; Napoleón Baccino Ponce de León (Maluco, Uruguay, Actes Sud) ; María Zambrano (Sentiers, Délire et Destin, Espagne, Des femmes), José Manuel Briceño Guerrero (L’Enfance d’un magicien, Discours sauvage…, Venezuela, L’Aube), Isabel Allende (Inés de mon âme, L’Île sous la mer…, Chili, Grasset) ; Alejandro Jodorowsky (La Danse de la réalité, Mu le maître et les magiciennes…, Chili, Albin Michel) ; Alberto Mendez (Les Tournesols aveugles, Espagne, Bourgois), Fernado Baez (Histoire universelle de la destruction des livres, Venezuela, Fayard) ; Guillermo Fadanelli (L’Autre Visage de Rock Hudson, Un scorpion en février, Eduquer les taupes, Boue, Hôtel DF, Mexique, Bourgois) ; Norah Lange (Cahier d’enfance, Argentine, Bourgois) ; Damián Tabarovsky (Bingo/Les Hernies, L’Expectative, Autobiographie médicale, Argentine, Bourgois) ; Álvaro Pombo (La Quadrature du cercle, Apparition de l’éternel féminin, Espagne, Bourgois) ; Antonio Garrido (Le Lecteur de cadavres, Le dernier paradis, Espagne, Grasset)…

Alicia Martorell

Traductrice français-espagnol depuis 1986. Elle a traduit une cinquantaine de titres, particulièrement dans le domaine des sciences humaines et sociales. Parmi ses auteurs les plus connus on peut citer : Roland Barthes, Julia Kristeva, Michel Serres, Jean Baudrillard, Fernand Braudel, Simone de Beauvoir, E.M. Cioran… Prix Stendhal de traduction 1995 pour ATLAS de Michel Serres. La traduction de textes muséographiques est une de ses spécialités et elle travaille, entre autres, pour le musée du Louvre et le Quai Branly-Jacques Chirac. La formation de jeunes traducteurs est une activité complémentaire qu’elle exerce avec passion, actuellement dans le master de traduction littéraire de l’université Pompeu Fabra, mais elle collabore régulièrement dans les programmes de formation permanente de plusieurs associations de traducteurs et ponctuellement avec la plupart des écoles de traduction espagnoles. Les formations imparties tournent principalement autour du processus de recherche dans le travail du traducteur. Elle publie dans El Trujamán, la revue journalière de traduction de l’institut Cervantès, ainsi que dans d’autres revues de traduction. Depuis 2013, elle habite à Grenade.

Margot Nguyen Béraud

Formée à la langue et à la littérature hispaniques en classe préparatoire à Lille, puis à l’université, à Lyon et Madrid, elle travaille un temps dans l’édition – comme correctrice et assistante éditoriale – puis se consacre à la traduction littéraire, tout en continuant d’être lectrice pour plusieurs maisons d’édition françaises. Elle commence par traduire des scénarios avant de choisir la voie de la littérature contemporaine, espagnole et latinoaméricaine : Le Puits, d’Ivan Repila (Denoël, 2014) ; Tout ce qui fait BOUM, de Kiko Amat (Asphalte, 2015) ; Te quiero, de J.P. Zooey (Asphalte, 2016) ; Umami, de Laïa Jufresa (Buchet/Chastel, 2016) ; Petite fleur jamais ne meurt, de Iosi Havilio (Denoël, 2017) ; Cabaret Biarritz, de José C. Vales (Denoël, 2017). Depuis 2015, elle fait partie du conseil d’administration d’ATLAS.

Dominique Léandri – comédienne et metteur en scène

Comédienne et metteur en scène, Dominique Léandri a été l’assistante de Didier Galas pour La Fléche et le Moineau de Gombrowicz et de Richard Sammut pour Big Bang. Elle travaille régulièrement avec ATLAS pour la mise en scène des lectures publiques de la Fabrique des traducteurs ou les ateliers de formation continue des traducteurs professionnels (« Lire sa traduction en public » du 9 au 23 janvier 2017, au CITL d’Arles). Elle a enseigné plusieurs années à la Maison du Geste et de l’image à Paris, pour des collégiens, lycéens (ateliers couplés théâtre-chant, théâtre-arts plastiques, théâtre-photographie) ainsi que pour des adultes amateurs, notamment pour des adultes handicapés.

">Café Seguir
174 95canada goose ski jacketsn>
CC0 Creative Commons
Gratis para usos comerciales
No es necesario reconocimiento
Descarga gratuita
640×521JPG65 kB
1280×1043JPG214 kB
1920×1565JPG455 kB
2829×2307JPG1.0 MB
Abrir Descargar

Me gusta Pixabay en Facebook

Imágenes auspiciadas

Similar Images
Cámara Nikon D700
500.0mm · ƒ/4.8 · 1/1000s · ISO 250 ↯
Tipo de imagenJPG
Resolución2829×2307
Creado2 de Octubre de 2012
Cargado22 de Mayo de 2014
CategoríaAnimales
Vistas19666
Descargas8021
42 comentarios Inicie sesión para dejar un comentario.

rebaño de las aves, gansos de canadá, gansos, ala, ganso, animales, el agua, nadar, aves, bill, las aves de corral, agua de aves, la naturaleza, las aves migratorias, enjambre, cielo, aves migratorias, gansos salvajes , Fotos gratis, Imágenes gratis


gráfico de tamanho de ganso de Canadá

canada gé vancouver
canada goose donne
canadá ganso usa
カナダのガチョウジャケット
canada goose hinta

Costumbres y tradiciones típicas de los irlandeses

Publicado por Ana L. el .

5 Comentarios

Comparte
Twitea
Envía
Share on Google+
Pinea